7:42 - Mardi janvier 23, 2018

La liberté d’expression et d’opinion

Outre la liberté élémentaire d’aller et venir, la liberté d’expression et d’opinion constitue l’un des droits les plus fondamentaux et ce , d’autant plus dans une démocratie et un état de droit. Pourtant comme pour toute liberté, il existe des limites.

En effet, liberté n’est pas « licence » et bien qu’il ne s’agisse pas ici de philosophie, le principe de liberté « encadrée » s’applique également en matière juridique. En somme dans quelles dispositions les citoyens peuvent-il exercer ou pas leur liberté d’expression et d’opinion.

Que dit la législation ?

Toute personne dispose du droit légitime de faire valoir ses opinions et l’expression de ses idées. L’on a en effet le droit de penser comme bon nous semble, toutefois certaines formes de cette liberté ne trouvent pas leur place dans l’espace public.


L’on ne peut en effet accuser à tort ou mettre en doute la l’honneur d’un tierce personne du fait de notre seul bon vouloir. L’on parle ici de diffamation, celle-ci ne peut-être tolérée dans l’espace publique car elle constitue une atteinte gratuite et mensongère portée à un individu.

Pareillement l’on ne saurait tolérer dans l’espace publique toute forme de discrimination ou d’incitation à la haine raciale entre autres. Rappelons comme la constitution le fait dans son préambule que les « hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». La déclaration universelle des droits de l’homme ne saurait être bafouée par des idées allant à l’encontre du respect et de la dignité de la personne humaine.

Il faudra également considérer l’expression religieuse dans le domaine public comme contraire au statut d’état laÏc et à l’esprit de la loi de 1905 qui sépare espace public et espace privé en rappelant que la religion ne peut s’exprimer de façon ostensible que dans les lieux prévus à cet effet ou chez soi.


Outre ces cas précis, toute personne dispose du droit d’exprimer ses idées notamment politiques ou philosophiques dès qu’elles respectent la loi. Ainsi tout individu a le droit de contester le pouvoir politique en place, dispose d’un droit de réponse en cas d’attaque o ce dernier serait nommément mis en cause.

Notez également que tout citoyen peut exercer le droit de se syndiquer ou de manifester dans l’espace public. Ce droit prévu dans la loi du 23 octobre 1935 permet aux individus d’effectuer cortèges ou autres défilés sur la voie publique à condition de déclarer au plus tard trois jours avant ces derniers auprès des autorités compétentes (mairies ou préfecture de police pour la ville de Paris).

Les individus peuvent également faire émerger leurs idées au travers d’associations loi 1901 leur octroyant un statut et des prérogatives spécifiques.


A lire aussi :

Filed in: L'individu

Comments are closed.