11:43 - Jeudi novembre 22, 2018

L’adoption

Pour de nombreux couples, l’adoption constitue l’ultime solution de pouvoir un jour avoir des enfants, cependant et l’on peut aisément le comprendre, l’adoption fait l’objet d’une procédure et d’une législation strictes.

L’on distingue deux formes d’adoption légales soit l’adoption dite plénière et celle dite simple. Dans les deux cas, l’enfant adopté portera le nom de la personne adoptante, toutefois il arrive que dans le cas d’une procédure simple , le nom de l’adopté ainsi que celui de l’adoptant cohabitent.

Adoptions ?

La loi prévoit donc deux types d’adoptions soumises à des conditions différentes

 

L’adoption plénière

L’adoption plénière consiste en une adoption aux conséquences importantes pour l’adoptant et l’adopté. En effet, l’enfant adopté dispose dès lors de tous les droits et devoirs d’un enfant adopté.

Pareillement, cette adoption est irrévocable et les parents adoptants doivent dès lors assumer pleinement les responsabilités et devoirs parentaux établis par le code civil. L’enfant est considéré comme abandonné et ne peut plus, bien évidemment, garder de liens avec sa famille d’origine.

Sachez également que pour y accéder, un couple doit présenter l’un des conditions suivantes :

- Etre marié depuis au moins 5 ans

- Etre marié et être agé d’au moins 30 ans.

Une personne seule peut également adopter un enfant dans le cadre de la plénière mais sous conditions qu’elle soit âgée d’au moins 30 ans. Les adoptants doivent aussi avoir au minimum 15 ans de différence d’âge sauf dans le cas d’un enfant étant celui de son conjoint. Dans ce cas la différence peut être d’une dizaine d’années.

L’adoption simple

Dans le cas d’une adoption dite simple , l’enfant adopté peut garder des liens avec sa famille d’origine qui peut rester une source de subsistance pour l’enfant au cas où la famille adoptive ne pourrait plus assumer cette tâche. L’obligation alimentaire est donc aussi bien soumise à la famille adoptive que celle d’origine.

Un enfant adopté pourra hériter de ses parents adoptifs au même titre que d’autres enfants naturels, cependant pour ses propres enfants, la succession ne sera pas aussi évidente.

Sachez enfin que toute demande d’adoption doit être adressée au tribunal de grande instance de son domicile.


A lire aussi :

Filed in: La vie de famille

Comments are closed.